Fate stay night - Illusion of hope



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Caster [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caster

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Caster [En cours]   Jeu 8 Juil - 3:02

Le réel vous

¤ Prénom : Pas envie de le révéler :p
¤ Âge : 21 ans
¤ Sexe : Féminin
¤ Comment trouvez vous le forum? : Jusqu'ici, tout à l'air très sympa
¤ Comment avez vous trouvez le forum? : Par hasard
¤ Autre? : Rien à ajouter
¤ Code : "Je deviens ce que je suis." Pourquoi j'ai mit autant de temps à le voir ? *aveugle* T_T


Votre personnage

¤ Nom : Mahâranî (Signifie Grande Reine en hindoue)
¤ Prénom : Shakti (Mot védique signifiant Puissance)
¤ Âge : 22 ans. A sa mort, du moins, survenue 3 ans plus tôt.
¤ Catégorie : Caster
¤ Sexe : Féminin
¤ Taille : 176 cm
¤ Poids : 64 kg
¤ Alignement : Neutre Bonne

¤ Description mentale :
Shakti est, globalement, une jeune femme agréable et souriante. Bien qu'elle soit calme la plupart du temps, il lui arrive souvent, surtout en compagnie de sa jumelle, de se montrer plus enthousiaste et expansive. Bien qu'elle s'efforce de montrer le plus de maturité possible, cela semble parfois être un fardeau qu'elle a du mal à porter, si bien qu'elle présente alors un style de caractère un peu plus jeune.
Commençons par le côté habituelle, et voyons les facettes plus profondes par la suite.

Elle adore lire. C'est un fait, elle aime beaucoup apprendre, notamment, des choses concernant le mythologie ou les légendes de diverses horizons. Les histoires de grands héros, les récits d'aventures épiques et les informations sur des créatures issues de quelque mythe sont autant de petits détails qu'elle savoure et s'efforce de garder dans un coin de sa tête. Bien sûr, notre monde n'est pas le seul qui l'intéresse, car ses goûts sont plus larges que cela. Un univers bien construits et dotés de tels éléments, qu'il s'agisse d'un film, livre ou même d'un jeu vidéo, auront également droit à son intérêt.

Pourtant, elle ne passe pas non plus toute sa vie dans des livres, loin de là. C'est sans doute ce qui explique qu'elle n'en sache pas autant qu'elle l'aimerait. Car s'il est une chose plus importante, dans son existence, que ces connaissance, c'est sans conteste sa sœur jumelle, Kâlî. Même si Shakti l'a précédée de quelques instants à la naissance, chose avec laquelle elle s'amuse parfois à la taquiner, elles restent aussi liées que si elles étaient un seul et même être. Elle n'arrive pas à concevoir une vie sans sans jumelle, ce qui l'a conduite à développer un certain côté protecteur. La mort de Shakti en est un parfait exemple : plutôt mourir que de laisser quelque chose lui arrive. Enfin, même si à l'origine, sa mort était beaucoup plus altruiste que ça. Disons que c'est un poids en plus dans la balance.
Pourtant, ce sentiment se pousse plus loin que ça encore. Un fait assez récent en vérité, puisque cela s'est révélé à elle au moment de sa mort, à cette petite seconde où l'attente de l'inéluctable passe à la fin soudaine de tout. Cependant, elle n'a pas encore assez creusé pour savoir si elle a réellement des sentiments plus profonds pour sa sœur, ou si ce n'était qu'un soudain sursaut de crainte de la quitter à jamais.

Pour le reste, la jeune femme est quelqu'un de très agréable. Presque toujours souriante et de bonne humeur, elle a tendance à préférer voir le bon côté des gens, si elle parvient à le trouver, que s'arrêter sur ses fautes. Elle sait pertinemment que le genre humain à ses défauts, et est même très lucide sur la nature humaine et son avenir, mais considère qu'une existence éphémère ne devrait pas s'encombrer de trop de points noirs. Aussi, elle accorde souvent le bénéfice du doute.
Paradoxalement, elle peut se montrer très dure et froide envers quelqu'un qu'elle n'aime pas. Notez qu'en arriver là est presque un exploit, et découle le plus souvent de son côté protecteur. Cependant, elle montre rarement beaucoup de pitié lorsque l'on a réussit à la mettre en colère. La calmer devient alors le privilège exclusif de Kâlî, comme si sa voix était la seule à percer.
Et lorsqu'elle se reprend, la demoiselle est souvent la plus choquée par ses propres actes, et a tendance à s'abimer en regrets.

Donc, autant qu'elle le peut, Shakti fait son possible pour garder la tête froide et agir en adulte responsable, et ce depuis son adolescence. Ce n'est pas toujours une complète réussite, mais elle a le sentiment que c'est nécessaire. Inutile de lui demander si c'est pour protéger sa sœur ou pour une toute autre raison, elle ne parvient pas à trancher, malgré d'intenses réflexions.

Cependant, comme dit plus tôt, ce rôle semble parfois lui peser, si bien qu'elle n'arrive plus à le conserver. Se révèle alors une Shakti rieuse et plus chaleureuse, aimant énormément s'amuser, même à des futilités qui ne lui apportent rien. Alors que la sérieuse accepte une journée à traîner avec un sourire, c'est quand le masque tombe qu'elle se révèle enthousiaste à l'idée de ne rien faire d'autre que discuter ou s'amuser, que se soit seule avec sa jumelle, ou en compagnie d'amis.
Cela peut ressemble à une volonté de rattraper une adolescence insouciante qu'elle aurait raté, où simplement à une volonté de repousser les responsabilités pour s'amuser le plus longtemps possible. Les analyses possibles sont nombreuses, mais dans le fond, est-ce que cela importe réellement ?

Et plus loin, plus profondément enfouit encore, se niche un petit noyau de doute. Une petite parcelle où, sans rien laisser paraître, Shakti a peur. Peur qu'un jour, par les aléas de la vie humaine, elle se retrouve séparée de sa sœur. Le mariage, par exemple, la laisse incertaine. Bien qu'ayant échappé à stéréotype hindoue du mariage arrangé, l'idée qu'elles puissent un jour trouver un mari et ne plus pouvoir passer autant de temps qu'avant avec sa jumelle l'effraie. Pire encore, cela lui donne le sentiment qu'elle perdrait quelque chose d'important, autant qu'une partie d'elle-même. Comme si l'on sciait un morceau de son être et de son âme, en quelque sorte.
Pourtant, ne voulant par nature pas inquiéter les gens, et encore moins Kâlî, elle n'en parle pas et s'arrange pour garder ce noyau dur profondément enfouit en elle, en se disant qu'il sera temps d'y penser le jour où cela arrivera. En attendant, elle préfère profiter du temps passé avec elle.


¤ Description physique :
Shakti est une jeune femme que l'on remarque, lorsqu'on la croise dans la rue. Non pas qu'elle soit tout particulièrement belle ou que sa silhouette attire le regard. Ce serait exagérer, et elle n'est ni narcissique ni prétentieuse. Et après tout, il y a bien d'autres détails pouvant retenir l'attention, n'est-ce pas ? Et c'est tout à fait son cas. Alors que la plupart des gens, dans ce pays, se ressemblent, la jeune femme possède une apparence toute particulière, due à ses origines. Car oui, même si l'on se trouve au japon, elle n'est pas originaire de ce pays. En fait, sa famille plonge ses racines assez profondément en Inde, ce qui explique bien entendu ces traits physiques.

Shakti est donc une femme au teint mât. Un peau couleur café qu'il est rare de voir au Japon, du moins pour un teint naturel. Cependant, quand bien même elle ne soit pas narcissique, c'est une de ses plus grandes fiertés. Douce, belle et d'une nuance qu'elle apprécie, elle ne la changerait pour rien au monde.
Pour suivre le stéréotype des origines, la demoiselle a également une silhouette assez fine et tout à fait gracieuse, même si se serait plus visible avec d'autres types de vêtements. Cependant, ils en révèlent bien assez, non pas par rapport à une quelconque religion, mais pour que l'on puisse la remarquer. Ses origines lui donnant une taille un peu, même à peine, plus élevée que la moyenne féminine japonaise, et son poids lui permettant d'avoir des formes harmonieuse et un peu marquées sans tomber tout de suite dans le cliché de la bimbo, grande avec de gros seins.
Ses tours de poitrine, taille et hanches ne forment pas le 90/60/90 dont ces messieurs fantasmes, mais la finesse de sa silhouette reste un vrai plaisir, tant tout son corps suit, depuis ses jambes jusqu'à ses doigts fins.

Cependant, il n'y a pas qu'à cela qu'on la remarque. En effet, Shakti est, en plus, détentrice d'une épaisse chevelure longue, lui arrivant au milieu du dos. Mais ce qui attire l'œil, plus que les cheveux eux-même, sont leur teinte. Car en effet, au lieu d'être noirs, bruns, roux ou même blancs, ils ont une couleur mauve toute particulière. C'est là d'ailleurs, en plus de la couleur de peau, la ressemblance la plus marquante avec sa jumelle, Kâlî. Vous vous poserez sans doute la question de savoir s'il s'agit d'une couleur naturelle ou d'une teinture. Et plutôt que de vous répondre immédiatement, réfléchissez, ou demandez-leur. Garder quelques petits mystères ne fait pas de mal, n'est-ce pas ?

Côté visage, Shakti a des traits doux et harmonieux, un petit nez discret et une bouche assez fine. N'appréciant pas trop l'idée, elle ne se maquille que peu, et de façon très localisée. Tout ce qu'elle se permet, c'est un peu de fard à paupières de la même teinte que ses cheveux, pour rehausser l'écart de ses grands yeux bleus. D'ailleurs, à leur propos, ils sont très expressifs, chez elle. Un jour, quelqu'un a dit que les yeux sont les fenêtres de l'âme. Eh bien cette expression convient à merveille à la jeune femme car, de manière générale, il est assez simple de comprendre ses sentiments en observant son regard. Même si, de façon générale, son corps tout entier à tendance à être très expressif, bien sûr, ce sont ses yeux qui se révèlent les plus précis.

Pour finir, parlons du plan vestimentaire. Shakti a toujours été très simple de ce côté. Ses goûts ont, bien entendu, changé et évolué avec le temps et l'âge, mais la simplicité est malgré tout resté une constante jusqu'au bout. Depuis quelques années déjà, la demoiselle se contente d'un haut arrangé à sa façon. On pourrait le prendre pour un pull, à première vu, mais le tissu est en réalité beaucoup plus léger et fin. La modification apportée par la jeune femme consiste en cela qu'elle a retiré la manche gauche à partir de l'épaule, ce qui la laisse donc également nue. Elle porte généralement avec une simple jupe longue, drapée, et des sandales ouvertes.
Concernant les accessoires, elle n'en porte que très peu. Un bracelet large constitué de deux anneaux entrecroisés au bras gauche, un épais collier autour du coup, un un diadème en métal argenté, orné d'une fausse pierre bleue en son centre, et auquel en pend une autre, plis petite, sur le front. A propos de ce dernier, sa sœur jumelle en porte un également, parfaitement identique.

De façon globale, Shakti a, selon certains, l'air plus mature que son âge réel, entre sa façon de bouger et de se tenir, son apparence et son style vestimentaire.


¤ Histoire :
Note importante : Pour la fin, les paroles en Indigo sont celles de Shakti, mon personnage, celles en Bleu foncé sont celles de Kâlî, sa sœur.


Par où commencer ? Par ce que les jumelles savent, probablement.

Shakti et Kâlî en savent très peu sur leurs parents et leurs origines exactes.
D'après ce qu'on leur a apprit, leurs parents habitaient Fuyuki depuis près d'une vingtaine d'années. Ils avaient finit par avoir des enfants, deux filles, jumelles, pour leur plus grande joie, car ils n'y étaient pas parvenus avant. Shakti était sortie la première du ventre de sa mère, suivit très rapidement par Kâlî, comme si elles ne voulaient déjà pas se quitter. Elles avaient alors été choyées par leurs parents.

Puis, après environ deux ans, les petites avaient été momentanément confiées à la famille de la sœur de leur père. Apparemment, ils avaient du retourner aux racines de la famille, en Inde, sans que l'on sache précisément pourquoi. Cependant, ils n'en sont jamais revenus. La garde des deux filles fut confiée à leur tante et son époux. Elle était une femme humble et très soumise, et lui d'éducation beaucoup plus dur. Il n'était pas injuste, mais strict et très versé sur les traditions. Cependant, n'étant pas leur père, il ne pu arranger une union future comme il l'aurait voulu. Dés lors, les jumelles furent élevées par leur tante et leur oncle, résidant eux-même à Fuyuki.
Voilà pour leur passé lointain, les seules informations qu'elles ont.

Les années passèrent, et elles grandirent. L'éducation strict et traditionaliste de leur oncle fut, fort heureusement, adoucie par leur tante qui voulu, sans se faire remarquer de son mari, leur inculquer les valeurs que son frère et sa belle-sœur possédaient. Ce qui résultat, d'ailleurs, de leur caractère présent, et leur permit de ne pas avoir la mentalité hindoue poussée et sévère de certaines familles.
Jamais elles n'apprirent réellement les circonstances de la mort de leurs parents. Elles essayèrent, bien entendu, mais n'eurent pas de grands résultats, ni d'informations précises. Apparemment, ils étaient morts dans ce qui semblait être un accident, bien qu'un des enquêteurs avaient longtemps insisté sur le caractère étrange et improbable de certains faits. Cependant, puisque lesdits détails tendaient à prétendre que l'incident avait quelque chose de surnaturel, l'affaire avait été bouclée.
Cela laissa bien entendu sur leur faim les deux sœurs, mais en l'absence d'autre choix elles durent s'en satisfaire, car même leurs tuteurs ne savaient exactement pourquoi ils étaient retournés en Inde.

Puis, vers l'âge de quinze ans, Shakti et Kâlî firent des phénomènes étrange se dérouler à Fuyuki. Des accidents, explosions de gaz ou autre, ayant un caractère étrange. Bien sûr, là encore, personne ne su de quoi il retournait exactement, du moins publiquement. Néanmoins, la ressemblance avec l'incident de la mort de leurs parents ne leur échappa pas.

C'est également à cet âge que les jumelles se prirent d'un intérêt réel pour la magie. Bien sûr, c'était également le cas avant, mais d'une façon moins poussée. Comme n'importe quel enfant qui s'extasie devant un tour de magie, par exemple. Mais à cet âge là, elles commencèrent à soupçonner que la vraie magie existait réellement.
Leur oncle s'énervait dés qu'elles en parlaient à la maison, et leur tante semblait en savoir plus long sans pouvoir parler. Jusqu'à ce que, un jour, elle arrive à leur conseiller d'aller voir un endroit. Apparemment, son frère lui en avait parlé, car lui aussi s'intéressait à ce genre de choses. Autant dire que les deux petites furent ravies.

Le lieu indiqué étaient une boutique de magie perdue dans un quartier peu fréquenté. Il regorgeait de livres, ingrédients et autres grigris qui firent grande impression aux sœurs. Elles y allèrent alors régulièrement pour regarder et fouiner, au grand énervement du vieil homme aigri qui tenait l'endroit. Le jour où il perdit patience et leur donna le choix entre venir pour acheter ou ne plus remettre les pieds dans sa boutique, les jumelles prirent une décision.
Elles mirent leur argent de poche en commun, et s'offrirent un gros livre d'initiation à la magie. Il leur fallu quelques temps pour le comprendre, mais cela devint rapidement leur plus grand trésor. C'est également par là qu'elles commencèrent à s'amuser. Des petits tours sans danger ni ambitions, mais qui les passionnèrent de plus en plus.
Le temps passait, semaines, mois puis années, et elles allaient régulièrement dans cette boutique, se fournir en toutes choses.

Devant leur assiduité, le vieil homme finit par proposer de leurs apprendre son maigre savoir. Du moins était-ce lui qui le qualifiait de maigre, car elles n'en firent pas le tour durant les quatre années et demi ou il leur transmit ce qu'il savait. Rapidement, grâce à leur volonté d'apprendre et sous couvert d'un travail à mi-temps dans sa boutique afin de ne pas inquiéter leurs tuteurs, Shakti et Kâlî passèrent de petites curieuses à de jeunes magiciennes prometteuses.
Lin Yamato, leur maître, bien qu'exigeant et aigri de nature, ne lésina pas sur les leçons. Quand bien même il semblait plus versé en sorts de protections et défensifs qu'autre chose, il s'efforça de leur enseigner ses connaissances de façon équilibré, disant que se serait à elles, si elles désiraient poursuivre leur apprentissage de la magie, de choisir dans quelle voix se spécialiser.
Malgré tout, elles n'hésitaient pas à piocher dans ses notes et travaux de sorts plus puissants, car plus elles en apprenaient et plus elles voulaient brûler les étapes. Elles eurent quelques petits revers, comme des périodes de fatigue importante parce qu'elles avaient voulu utiliser un sort trop puissant pour leur niveau, mais cela ne les arrêta pourtant pas.

Puis, lorsqu'elles avaient 22 ans, survint l'évènement dont elles n'auraient pu prévoir l'importance. Une société de la ville se mit en tête de creuser un grand parking souterrain en vue d'un futur centre commercial. Cependant, ce que les jumelles avaient apprit les fit réagir. Elles menèrent une petite enquête, seules, et un détail se révélèrent à elles. Le projet de construction passait extrêmement près d'une ligne importante, un point de passage d'un flux magique propre à la terre.
Quelques recherches supplémentaires dans les livres de leur maître leur révélèrent qu'un bouleversement trop important de ce flux pourraient le modifier de façon irrémédiable. Les effets immédiats étaient faibles, une simple modification de la météo, mais à long terme, cela aurait empiré. Les petits changements seraient devenus plus importants en quelques années, puis, finalement, la quasi totalité du pays aurait croulé sous les catastrophes.
Avec cette simple petite explosion en vu de faire de la place en sous-sol, l'équilibre magique de la terre s'en retrouverait modifié. L'idée de voir séismes et tornades chez elles ne fit évidemment pas plaisir aux deux sœurs.

Elles rassemblèrent leurs découvertes et voulurent aller révéler les risques au chef de chantier et au promoteur. Peine perdue, on leur rit au nez. Dans un premier temps, elles furent découragées. Personne ne voulait écouter quelque chose d'aussi absurde qu'une histoire de magie, et cela commença à faire douter les jumelles.
Elles revivifièrent plusieurs fois, et de différentes façons, leurs recherches alors que la date des travaux approchait. Le résultat restait toujours aussi inquiétant.

Finalement, le jour où le parking devait commencer à être creusé, Shakti eut une idée qu'elle regretta de ne pas avoir eut avant. Elle ordonna à sa sœur de prendre leurs notes et d'aller voir leur maître, de tout lui expliquer et de lui demander de l'aide. Avec lui, elles avaient une chance. La raison était simple : même s'il ne parlait que peu de lui-même, un jour, il avait révélé connaître le maire et lui avoir déjà prêté main forte. Lui pouvait, sûrement, arriver à faire arrêter le projet.
Les jumelles se séparèrent et, tandis que Kâlî allait s'occuper ce ça, l'autre se rendait directement sur le chantier.

Arriver à s'y faufiler ne fut pas une mince affaire, et les petits tours qu'elle avait apprit lui furent d'un grand secours. Une boule au ventre, elle surveilla et attendit impatiemment l'arrivée de sa sœur. Cependant, elle dut finir par se rendre à l'évidence : elle n'arriverait pas à temps. Plus stressée et inquiète que jamais, Shakti fut forcée de prendre une décision sans même savoir si c'était la bonne.
Quand Kâlî arriva, tout était déjà trop tard.


Shakti se trouvait assise par terre en plein milieu du chantier. Les ouvriers étaient disséminés un peu partout autour, mais comme incapables d'avancer, comme si un mur les en empêchait. Des cris de collèrent, d'incompréhension et autres fusaient dans tout les sens, surtout de la part du contremaître.
Kâlî arriva au milieu de cette agitation et se fraya un chemin entre les travailleurs, jusqu'à voir sa jumelles. Elle lui expliqua que leur maître était partit tout expliqué au maire le temps qu'elle vienne ici, et qu'ils ne devaient plus tarder à arriver.
La seule réaction de Shak fut un rire sonore.

« C'est trop tard...
- Hein ? Comment ça trop tard ? De quoi tu parles ?
- Le forage. L'explosion était programmée, et il ne reste plus assez de temps. Donc j'ai du prendre les devants... »

Même assise loin de là, avec les cris des ouvriers en font sonore, elle remarqua le malaise de sa sœur. Avant la moindre question, elle s'expliqua.

« Tu te rappelle, le bouclier qu'on a commencé à étudier ? Tu l'as sous les yeux. On avait raison, ça marche ! Par contre, on s'est surestimé, ça fatigue énormément. À moins que se soit la taille... »

Les jeunes femmes avaient, quelques temps avant, commencé à étudier un sort de bouclier de protection. Celui-ci était censé, non pas protéger l'intérieur de l'extérieur, mais l'inverse. Comme une prison, en quelque sorte. Ce qui était devant ne pouvait pas affecter ce qui était dehors, et en traverser la limite était impossible.
Là encore, Shakti vit le malaise de Kâlî s'accroitre sans difficulté.

« Qu'est-ce que tu raconte ? Allez, viens ! Dépêches-toi... » Le léger rire nerveux, dans sa voix, trahissait clairement sa crainte d'avoir comprit.

La sœur captive rit de nouveau. Un rire nerveux où sonnait la fatalité. Ni l'une ni l'autre n'était dupe, elles avaient déjà comprit la situation.

« C'est trop tard, petite sœur. Rien que devoir le lancer m'a épuisée, alors le maintenir... Je peux même plus me lever.
- Alors laisses-moi prendre le relais le temps que tu sortes !
- Tu sais qu'il faut être dedans pour l'alimenter, c'est le soucis de ce sort.
- Alors laisses-moi... »

Shakti ne lui laissa pas le loisir de finir sa phrase. Comme deux jumelles finissaient les mots de l'autre, elle comprit avant la fin ce qu'elle avait en tête. Et cela ne lui plu pas du tout. Cela l'énerva, même.

« Ne dis pas n'importe quoi ! Tu crois que je vais te donner ma place comme ça ? Tu me connais pourtant mieux que ça ! J'ai pas envie que tu te retrouve impliquée là-dedans. Et j'ai déjà mit le cercle en place, recommencer te prendrait trop de temps...
- Alors...
- Oui... »

Leurs gorges se serrèrent alors que les travailleurs se calmaient devant la scène qu'ils avaient sous les yeux. Les deux jumelles s'étaient comprit à mi-mot. Shakti allait mourir. Le décompte de l'explosion étaient maintenant trop court pour pouvoir y changer quelque chose. La seule chose qui empêcherait la catastrophe qu'elles avaient décelée était le champ de protection qu'elle avait dressé pour contenir les premiers explosifs et empêcher la réaction en chaîne.
Kâlî ne l'accepta cependant pas si facilement. Même si toutes deux savaient que c'était en pur perte, elle tenta de forcer pour pénétrer la barrière et aller chercher sa sœur, ou du moins la rejoindre. Le temps filait, et Shakti était de plus en plus nerveuse. Elle vit sa jumelle se calmer devant le caractère inéluctable de la situation, et sentit elle-même une quiétude totale l'envahir, alors que le cadrant prêt d'elle n'indiquait plus que quelques petites secondes. Shak releva les yeux vers sa sœur avec un sourire. Le sourire doux et gentil qu'elle avait toujours eut, même si une petite larme glissant sur sa joue modifia le tableau.
Même au prix de sa vie, elle aurait au moins sauvé sa jumelle. Non, plus que cela, elle allait sauver tout un tas de vie.

Dire qu'elle était heureuse aurait été faux. Elle avait peur. Elle était terrifiée, même. Si elle l'avait pu, elle se serait mise à pleurer, hurler et implorer pour sa vie. Mais d'un autre côté, elle savait que ce qu'elle faisait était indispensable. Elle n'avait pas d'autres choix, sinon celui de regarder l'erreur d'un promoteur trop cupide condamner tout un pays, causant un nombre gigantesque de morts, dont sa sœur jumelle. Le prix pouvait paraître lourd, mais ce qu'il y avait à sauver valait soudainement si cher qu'elle ne pouvait l'estimer. Ce n'était pas uniquement Kâlî, mais également ces milliers d'âmes, qui ne sauraient jamais ce qu'elle avait réalisé ici, qui allaient survivre, ainsi que leurs descendants.
Quelque part, ce qui lui arrivait lui semblait presque irréelle. Elle, une jeune femme normale qui n'avait rien demandé à personne, se retrouvait à sauver autant de vie. C'était presque un sentiment étouffant, dont elle ne voulait pas. Mais cela devait être fait, et maintenant, elle seule pouvait le faire. Le sacrifice lui pesait, mais sembla soudain beaucoup moins lourd.

Deux secondes.
Elle eut à peine le temps de prendre conscience que leur maître et le maire avaient fendu les flots de la foule attroupée avant qu'un bref signal sonore n'annonce la fin imminente du compte à rebours.

Une seconde.
Elle offrit son plus beau sourire à Kâlî, un sourire équivalent, pour elles deux, à ses derniers mots. « Je t'aime. »

Puis plus rien. L'explosion l'avait emportée.



La suite fut difficile à comprendre, pour Shakti. Elle n'était nul part. Elle ne voyait rien, autour d'elle, ne pouvait pas bouger, et ne sentait plus son corps. Elle ne ressentait rien, n'entendait rien, et ne voyait que le noir. Tout était calme, reposant, et elle n'eut qu'une envie, irrépressible. Se laisser glisser dans cet oubli, se reposer éternellement.
C'est alors qu'une voix s'imposa à ses oreilles. Une voix sans genre, sans timbre, de pure neutralité.

« Tu as accomplit le sacrifice ultime pour le salut de tes semblables, sans rien demander en retour. Tu as utilisé ton propre corps pour les sauver de leurs propres erreurs. L'acte que tu as accomplit était très noble. Ton âme ne mérite pas de connaître déjà le néant. »

Un point minuscule, lumineux, naquit en plein milieu de son champ de vision. Il grossit lentement, puis devint un éclat grandissant de plus en plus vite, jusqu'à l'éblouir complètement...


¤ Descriptions de votre Noble Phantasme :
[En cours de recherche]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgamesh
Archer
Archer
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 30

Fiche
Mana:
30/30  (30/30)
Expérience:
0/200  (0/200)
MessageSujet: Re: Caster [En cours]   Mer 14 Juil - 14:23

Bienvenue Caster.
Alors tout d'abord je te félicite pour ta "plume". La lecture fut agréable et fluide. Rien à redire à ce niveau.
Passons à ce que tu poses comme fait dans ta biographie par contre.
Tu as tenu compte de mes conditions discutées en privé je pense. On peut te qualifier de servant, mais une héroïne inconnue. Ce qui affectera ton Noble phantasme vu que la puissance de ce dernier est proportionnel à la réputation du héros. C'est une chose que tu dois savoir.
Enfin bref pour en revenir à ton histoire je relèverai un point : le don magique n'est pas quelque chose qu'on apprend mais qu'on possède par la lignée. Le circuit magique est issus des géniteurs et il faut ensuite le travailler pour le développer. Dans ton histoire j'ai l'impression que tu apprends la magie sans posséder de circuit magique.

Pour ce qui est du fonctionnement de la magie dans l'univers de Fate, je ne m'y connait pas des masses donc je ne serais dire si cette histoire de flux magique parcourant la terre est valide ou pas, je reste donc "neutre" à ce sujet. Si Rin à quelque choses à y redire, cet aspect est tout à elle, vu qu'elle s'y connait assez bien dans le domaine.

Bref pour l'instant mit à part ton problème de descendance, ça me convient.
En attente de ton Noble Phantasme pour conclure.

_________________



Si un héros supporte le poids des vies qu'il protège, moi je supporte le poids du monde sur mes épaules.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caster

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Caster [En cours]   Mer 14 Juil - 18:24

Citation :
Enfin bref pour en revenir à ton histoire je relèverai un point : le don magique n'est pas quelque chose qu'on apprend mais qu'on possède par la lignée. Le circuit magique est issus des géniteurs et il faut ensuite le travailler pour le développer. Dans ton histoire j'ai l'impression que tu apprends la magie sans posséder de circuit magique.
En fait, je me suis efforcée d'être vague sur le sujet par manque de connaissances. Je sais que c'est une question de lignée plus que d'apprentissage, et j'ai essayé de sous-entendre que les parents des jumelles possédaient ce genre de facultés. Sûrement de façon trop maladroite.
J'arrangerais ça une fois moins malade...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Caster [En cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Caster [En cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fate stay night - Illusion of hope :: Préambule :: Présentations :: Présentations Servants-
Sauter vers: