Fate stay night - Illusion of hope



 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Shin Sekai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asmodae
Rider
Rider
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 02/07/2010

Fiche
Mana:
0/30  (0/30)
Expérience:
500/200  (500/200)
MessageSujet: Shin Sekai   Sam 3 Juil - 19:40

Faible, je suis faible. J'arrive à terme. Voilà quelques jours que je ne me nourris plus, mon mana s'épuisent petit à petit. Je ne serai bientôt plus de ce monde si je continue ainsi. Je me cache dans cette forêt dense pour éviter les regards. La plupart des gens à l'extérieur ne son plus effrayé par ma présence. Ils ont une entière confiance en ce qu'ils appellent technologie et la retourne contre moi lorsque je m'approche d'eux. Ils ne sont plus aussi faibles qu'ils l'étaient mais, ils n'en restent pas moins méprisables. En fin de compte c'est peut-être moi qui ne suis plus ce que j'étais auparavant. Oui, c'est certainement ça. Ils ont oubliés la succube qui hantait leurs cauchemars. Pourquoi ne suis-je plus comme avant ? Je n'ai rien changé pourtant, la preuve dés mon arrivée en ce monde lorsque j'ai tué mon maitre de sang-froid. Voilà ce que je dois faire pour redevenir ce que j'étais. Faire revivre cet ancien mythe, celui que j'ai moi-même créer de mon vivant. Anéantir les humains jusqu'au dernier, voilà ! Ils sont la source. Plus j'en anéantirais et plus je deviendrais puissante ! Je dois en tuer avant de l'être moi-même. Il faudrait déjà que j'en trouve des humains ... Tout autour de mois n'est que verdure. Aucune trace d'être vivant. Même les animaux qui étaient encore présents à mon arrivée, je les ai tous éliminés l'un après l'autre. Je ne suis bonne qu'à ça de toute façon. Il faut impérativement que je trouve un moyen de me sortir de là et vite trouver un humain, non ! Deux ! Une ville entière plutôt ! Je vais exterminer cette race une bonne fois pour toute, cela me prendre plusieurs années mais, j'y arriverais ! Si je rencontre un servant, je l'éliminerais lui aussi. Cet objet qu'ils appellent Graal ne m'intéresse pas contrairement à eux. Ils en font leur seul but. Si par hasard je tomberais dessus, mon seul souhait serait l'extermination de la race humaine. Non! du monde entier plutôt ! Même si par cette occasion je devrais périr, mon but sera accompli. Je ne suis vraiment pas comme tous ces servant de type héros qui recherchent le Graal pour eux-même ou alors pour le bien de leur maitre ou l'humanité. Non non, moi je suis un démon, vil et sans merci. J'aurais d'ailleurs dû remercier mon maitre qui m'a jadis invoquée. Lui aussi devait être vil et cruel pour invoquer un démon de mon envergure. On aurait peut-être partagés les-même idéaux. Bref, c'est trop tard maintenant. Sa cause aura été juste, il m'a fait renaitre moi Asmodae pour que j'extermine de mes mains les humains quels qu'ils soient ! Je ne prends pas cela comme un fardeau mais comme une ligne de vie, un but unique.


Bref, tout en marmonnant des choses et d'autres dans ma tête, je cherchais tant bien que mal la sortie de cette forêt sombre et brûlée. L'atmosphère qui y régnait me plaisait bien à moi. Ça avait un petit quelque chose de chaotique. Les branches qui craquaient sous mes pas me donnaient des frissons agréables. J'avais la sensation de pouvoir ressentir quelque chose. Peut être que je me faisais peur moi-même ? Non aucun risque. La jeune femme que je suis n'a peur de rien ni personne, même pas de la mort elle-même. Je suis moi-même la mort, le pourfendeur des êtres vivants. Si je serais une arme, je pourrais être comparable à une faux, celle-là même de la faucheuse de vie. Pas après pas je me traçais un chemin dans cette forêt immense, je n'était en aucun cas pressée mais, je ne comptait pas m'attarder trop non plus. Je portais mes yeux sur tout ce qui m'intriguait. Les arbres consumés par un incendie avaient toute mon attention. Ils avaient un aspect portant une certaine tristesse. C'est ironique quand on y pense, ce n'est qu'un arbre, rien de plus. Bref, tout en continuant ma route, j'aperçus enfin une vive lumière au loin traversant arbre et feuillage. La lumière était vive portant une couleur jaunâtre, je n'en avais encore jamais vu de pareille. M'approchant à grand pas vers cette lumière afin de voir ce qu'elle renfermait, je vit enfin une sortie aux décombres. Cette lumière n'était autre que celle du soleil même. Aux alentours d'où je me trouvais maintenant, il y avait un amas de gens et de véhicule en tout genre. La route était asphaltée ce qui me changeait radicalement des sentier battu de la forêt où je m'y étais renfermée un bon moment. Traversant la rue vêtue de mes vêtements déchirés, je me fit klaxonner par de nombreux véhicules qui s'arrêtait à quelques centimètres de moi. Les humains piétonniés me fixait du regard tandis que ceux qui conduisaient leur véhicule sortait leur regard méfiant m'insultant de tous les noms. Je ne comprenait pas très bien ce qu'il se passait. Qu'avais-je fait de mal ? Rien encore. Je ne faisais que me promener. Je suis d'accord, j'avais en tête d'éliminer leurs semblables mais, cela, ils n'en étaient pas au courant. Je les regardaient avec un certain mépris et inquiétude alors qu'ils se dirigeaient vers moi. Lorsque le premier humain vint me toucher le bras avec une certaine force, je n'hésita pas à reculer de quelques pas le poussant par la même occasion sur le pare-brise de son véhicule. Pare-brise qui se brisa à l'impact, je n'y avais pas été de main morte. Soudain, un second puis un troisième humain sont venus m'attraper les bras afin de ma mobiliser sur place. C'était de trop, je ne pouvais en supporter d'avantage alors que je n'avais strictement rien fait. Libérant l'arsenal de plumes me servant d'ailes scellées sous ma robe gitane, je fit valdinguer mes deux assaillants quelques mètres plus loin causant leur comas en même temps. Je me souviens enfin pourquoi je déteste tant ces humains maintenant et je ne compte pas m'arrêter à ces deux vermines là où j'en suis. D'un claquement doigt, je fit apparaitre mes précieuses armes, ces chaînes maléfiques et utiles qui me permettaient de trancher tout et n'importe quoi. Les lançant aux quatre coins de la rue, je tranchais des têtes par dizaine n'épargnant ni femme ni enfant. Ils allaient enfin connaitre la peur. La rue fut vite vide. Enfin, elle était remplie mais, remplie de sang versé, du sang de porc. Mon visage quant à lui était à son tour tâché de sang d'ennemi. À l'aide de ma langue je pouvais tout de même lécher ce que je pouvais atteindre. Mes ailes noires maintenant à découvert et mes armes en main, je pouvais me faire plaisir. Ce que je ne tarda pas à faire en détalant à toute vitesse dans la rue voisine. Dans cette dernière, le même cinéma fut reproduit. Les égouts allaient être inondés de sang humain au lieu de leur cochonnerie habituelle. Plus j'avançais dans les rues et plus je régénérais ma mana. Bientôt, plus aucun humain n'allait être capable de m'arrêter. Hors la méthode que j'utilise actuellement, il y a bien un autre moyen pour que je devienne plus forte. L'acte sexuel. L'acte en lui-même ne me déplait pas du tout mais, faut-il encore que je trouve quelqu'un d'assez digne. Un humain ? Certainement pas ou alors il faudrait qu'il soit très spécial cet humain. Alors que je déambulais toujours dans les rues, une sirène possédant un son que je détestais par-dessus tout, parvenait à mes oreilles. Je connaissais très bien ce bruit sourd. J'avais déjà eu à faire à eux il n'y a pas si longtemps que cela. J'ai d'ailleurs souvenirs que ce sont eux-même qui possède cet outil technologique appelé "arme". C'est avec cette dernière qu'ils me font face, ces humains n'ont plus peur de moi, il me méprise même. Je ne voulais en aucun cas avoir à faire à eux, du moins pas maintenant avec si peu de mana accumulé. Je pris donc mon envol vers le haut d'un établissement le plus proche laissant trainer mes armes en dessous de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgamesh
Archer
Archer
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 30

Fiche
Mana:
30/30  (30/30)
Expérience:
0/200  (0/200)
MessageSujet: Re: Shin Sekai   Lun 5 Juil - 15:17



Une bien belle fin de journée que nous avions la. La bise agréable caressait voluptueusement mon tient allé tandis que mes cheveux libres de leur mouvement, se reposant paresseusement sur ma tète, se mouvant à présent aux grès des vents, laissant de coté les pics dorées qui me coiffait habituellement. Il était évident qu’en plein jour, je n’allais pas me balader avec mon armure de combat. C’est donc en tenue de ville, ce pantalon noir taillé pour moi et ma légère veste de la même couleur couvrant ma chemise blanche, que j’évoluais dans la soirée fraiche éclairait par un soleil mourant. On ne pouvait le nier, j’étais garant d’un certain panache, une classe et une beauté qui avait conquit le royaume d’Uruk il y a de ça des millénaire et rien n’avait changé aujourd’hui. Arborant un léger sourire, mes prunelles rouges en vinrent à se perde momentanément dans les cieux azure. Cette immensité des cieux… La seule chose qui n’avait pas changé. La terre et le mode de vie des Hommes avaient subits de nombreuses évolutions, mais à jamais et pour toujours, les étoiles resteront spectatrices inchangées du monde des humains. Ce même ciel éternel me rappela ma vie sur terre… Ma gloire et ma richesse que j’y avais acquit et la tragique perdre que j’y vécu, ce drame qui m’enleva mon seul véritable ami : Endiku, entrainant ma déchéance dans les abimes d’un règne tyrannique. Je ne regrettais pourtant pas mes choix, j’avais certes détruit mon propre royaume à cause de mon ambition démesurée, mais j’étais arrivé la ou jamais aucune mortelle n’avait posé pied : le domaine des dieux ! Endiku… Cela faisait longtemps que je n’avais plus pensé à mon vieil ami. Mon sourire mourut quelques instants et la lueur brillante de malice qui éclairait habituellement mes prunelles se tut également, pour devenir terne et se tourner vers mes pieds. La mort d’Endiku était certainement la seule chose que je regrettais, mais en même temps ce fut grâce à ce fait tragique que j’étais devenu ce que j’étais à présent : un être puissant et craint même des dieux antiques. Non, je ne voulais revenir sur le passé.

Je chassai rapidement ce sentiment amer de vide, pour regagner mon panache éternel. Après tout je devais raison gardé. Un évènement unique était sur le point de renaitre des tréfonds d'une histoire voilée, inconnue du commun des mortelles. Voila dix ans que j'attendais ce moment. Dix ans que j'avais fait sonner le glas de la dernière guerre... Dix ans que j'avais bu à la malédiction du Saint-Graal et gouter à une nouvelle vie. Je n'avais aucun souhait a réalisé. La seule attente qui animait mes songes était cette femme. Je la reverrai, j'en étais persuadé. Elle était mon unique objectif. Mais en attendant, je devais prendre patience. La nouvelle était proche, les 7 servants n'avaient pas encore été invoqué mais cela ne tarderait plus... Ainsi en cette journée, je fis ce que j'avais fait depuis maintenant dix longues années : me fondre dans le monde actuel des humains. Était-ce pour ça que j’avais décidé de vendre mon âme aux esprits de Saint Graal ? Certainement… Car rien ne m’indisposait dans cette façon de vivre, si ce n’était ce vide en moi dont je n’arrivais pas à trouver la source. Était-ce ce dégout profond pour la nature humaine qui m’amputais d’une partie de mon être ? La noblesse des Hommes n’était plus qu’un lointain souvenir en cet époque décadente, quel malheur que l’espèce humaine soit devenue si faible. Quelle frustration d’être le spectateur impuissant de cette déchéance ! Néanmoins en tant que roi des héros, je ne pouvais abandonner mes semblables à ce triste sort ! Voila pourquoi je tuais les faibles pour épurer et confirme mon choix de la sélection naturelle. Je ne tuais jamais par hasard. Le hasard est quelque chose qui me répugne. Un bain de sang inutile allait à l'encontre de mon code d'honneur. Tuer par dégout de la faiblesse de certains humains, tuer pour garder secret la guerre de Graal ou encore tuer pour ceux qui osaient insulter le roi des héros, voila les seules mise à mort possibles. Et c'était déjà pas mal croyez-moi. Tant d'existences s'étaient du au fil de mes épées... Pourtant j'allais bientôt être témoin d'un carnage inutile. Car dans cette masse sacrifié, demeurait quelques existences méritantes. Très peu certes, mais je le confirmé : le hasard me dégoute !


Imperturbable, le chaos s'abattit pourtant si subitement autour de moi. Les hurlements d'agonies et d'horreur s'étaient élevé, incarnant le venu d'un enfer sur terre... Pour les humains tout du moins. Cette effusion de sang ne m'arracha pas un haussement de sourcils. Statique au milieu d'une cohue en perdition, mes prunelles de feu usèrent de leur pouvoir d'Archer pour voir au loin et apercevoir une étrange entité tranché des vies à tour de bras. Je savais ce qu'elle était mais pas pourquoi elle était là. Une servante n'est-ce pas ? Pourtant la guerre actuelle n'avait pas encore débuté. J'en était assuré. Cela signifiait qu'une chose : elle était une rescapée d'une guerre antérieur, antérieur même à la lutte qui fut mienne il y a dix ans de ça, car je n'avais pas souvenir de l'y avoir rencontré et surtout j'avais été le seul survivant de cette lutte sanguinaire. Étrange qu'elle ne s'était pas manifesté plus tôt ? peut être qu'elle avait sentit cette nouvelle guerre en préparation et que son instinct meurtrier s'était réveillé ? Quoi qu'il en soit cette engeance n'attirait nul sympathie de ma part. Sa conduite était juste une hérésie envers ma ligne de conduite. peut être était-il temps de tuer à nouveau des héros trop sur d'eux même ? En tant que roi des héros cela demeurait également de mes obligations. Fronçant mes sourcils, mes prunelles consumant le feu insatiable de mon orgueilleux lorgnèrent sur cette infâme existence qui s'enfuit bientôt lorsque le gyrophare de la milice de temps contemporain retentit au milieu de ce tumulte. Quelle irresponsable catin ! Elle avait laissé des survivants, spectateur d'un pouvoir qu'ils m'aurait jamais du être en mesure de voir ! La guerre du Graal devait rester secrète. même si à présent le sort de cette guerre m'importait peu... Pour l'équilibre de ce monde déjà en perdition, le secret devait être maintenue. Je me rendis au cœur de la boucherie à présent déserté de son bourreau. Entre cadavre mutilé et survivants hagards, mes chaussures se posèrent bientôt dans ce sang impur qui maquait le macadams. Un vieillard blessé tomba alors à mes pieds, ce dernier atrocement mutilé avait perdu toute trace physique en dessous la ceinture et seul ses trips trainaient encore derrière lui.

-"Pi... pitié... aidez moi..."

Spectateur figé dans une neutralité qui était des plus dérangeante au milieu de cet enfer sanguinaire, mon fascié n'exprima nul compassion, ni sentiment inverse qui plus est. Sans émettre le moindre sentiment, je fis apparaitre une lame entre mes mains et je la planta entre les deux yeux du vieillard. La mort serait la seule aide que je lui apporterai. Un gargouillis immonde s'échappa d'entre les lèvres brisé du vieux avant qu'il ne s'écroule au sol dans un dernier soupir. C'est à cet instant que l'agitation reprit. Les rares survivants qui pensaient désormais être tiré d'affaire assistèrent à une nouvelle mise à mort inopiné et ce fait annonçait un nouveau massacre. Mais cette fois il n'allait pas mourir pour rien...

-"Pour garder la guerre du Graal secrète, vous, humains spectateur nuisible, allaient tous mourir."

Déclarai-je d'une voix solennelle. Ceux qui avaient entendu mes funestes paroles se figèrent, partagé entre incompréhension et terreur. néanmoins un espoir futile vient leur donné l'illusion d'un futur sauvegardé... En effet deux voitures de polices déboulèrent au milieu de la voie rougit hémoglobine et quatre policer, arme au poings en sortirent, braquant leur joué sur moi. J'étais le parfait coupable pour eux ! Debout immuable avec une lame tachée de sang, j'étais un forcené qu'ils devaient abattre au plus vite. Noble courage qu'est celui de mettre sa vie en jeu pour sauver des êtres faibles mais cela n'était point mon idéaux...

-"Lâche ton arme ordure ! Il n'y aura pas de deuxième avertissement !"

Un léger sourire gagna néanmoins mon faciès qui se para soudainement d'une arrogance si commune chez moi. Sous ma volonté la lame se dématérialisa rejoignant le plan de la salle au trésor de Babylone. Ce maléfice ébranla les quelques policiers aguerris. Leur expressions tombante et leur yeux médusé ne mentaient pas.

-"Que ? C'est quoi ce bordel ??"

-"Ne soit pas surpris pour quelque chose de si anodin, insecte."

Rétorquai-je narquoisement, mes sombres penchant prenant inexorablement le dessus sur moi et chassant ma neutralité n'agissant que pour la sauvegarde du secret de cette guerre cachée. Ainsi œuvrant de mes pouvoir dés cet instant, j'ouvris une très faible ouverture de ma porte de Babylone, laissant apparaitre une trentaines d'arme légendaire flottant derrière moi, au milieu d'une surface translucide qui occupait toute la rue. Elle était apparu si subitement que mes opposants mirent quelques secondes pour réaliser le maléfice œuvrant sous yeux agars. Je venais d'appeler à moi une trentaine de Noble phanstams pour me débarrasser de simple humains... Pour une servant cela était inconcevable mais je n'étais pas comme eux. Moi je pouvais user de millier d'arme légendaire sans jamais me fatiguer... Tel était le pouvoir du roi des héros. Pour moi ce show d'armes légendaires ne valait pas mieux qu'un simple coup de poing pour tout autre âme héroïque... Nos échelles de valeur sur la force de frappe était tout simplement trop différente. Ainsi, dressé fièrement au milieu de ma porte inviolable un dernier sourire sadique fut adressé aux survivants : combattant ou non.

-"Et que comptez-vous faire maintenant ?"

C'est à ces mots que les armes prestigieuses furent expulsé sous forme d'énergie destructrice, déchiquetant la trentaines de rescapés prisent dans les filets d'une précipitation d'énergie dorée si belle et meurtrière à la fois. Le sang vola à moult reprise dans les air, les cris prirent un dernier envols et quelque secondes plus tard, ne restait que la mort en ces lieux souillé pour les années à venir d'un drame inoubliable qui ne serait surement pas le dernier dans cette ville maudite. je refermai désormais ma porte, certain que plus aucun survivants ne répéterai ce qu'il avait vu en ce lieu et assuré que cette servante n'avait pu voir la matérialisation de mon pouvoir. C'était tellement plus drôle d'être en face de ces héros sans valeur lorsqu'ils découvraient qu'il existait un héros portant de poids d'un millier de noble phantasme lui appartenant ! néanmoins elle n'avait surement pas échappé à cette violente annihilation qui balaya une trentaines d'âmes vivantes en moins d'une secondes. Elle devait désormais savoir que quelque chose de monstrueux l'avait précédé... Bien plus monstrueux qu'elle ! C'est en me réjouissant de cette rencontre que j'avais programmé que je gagne la position de cette inconsciente qui avait commit le péché de me déplaire... Usant d'un pouvoir de lévitation issus de l'un de mes milliard de Noble Phanstasm, je m'éleva jusqu'à atteindre le toit d'un immeuble situé à une cinq-centaine de mètres. Et enfin elle me découvrit, flottant dans les airs, bras croisé et sourire carnassier pour m'introduire. Lorsque je posai pieds sur le bitume du toit de l'immeuble, mes yeux sanguinaires se plongèrent dans ceux de ma nouvelle interlocutrice, sans appréhension aucune, seule la jubilation arrogante se véhiculait à travers moi.

-"Tu as mal fait ton boulot, femme ! Je me suis permit de le finir. Investigatrice d'une œuvre digne d'un clown, d'où peux-tu bien sortir... Alors que tu ne fais pas parti des sept ?"

Les sept que j'évoquais si sereinement n'était autre que les sept servants de cette nouvelle guerre bien entendu... Une interrogation qui ne m'avait pas quitté depuis que j'avais observé au loin grâce à ma vision amélioré de classe Archer, le massacre incomplet et inutile de cette manant.




_________________



Si un héros supporte le poids des vies qu'il protège, moi je supporte le poids du monde sur mes épaules.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asmodae
Rider
Rider
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 02/07/2010

Fiche
Mana:
0/30  (0/30)
Expérience:
500/200  (500/200)
MessageSujet: Re: Shin Sekai   Lun 5 Juil - 19:29

J'avais fait un sacré carnage d'humain avant que les force de l'ordre ne se précipite à arriver. Par craintes de leur technologie, j'avais entrepris une course verticale sur l'immeuble le plus proche. Je n'avais pas peur de ces sales humains insignifiants mais, j'avais déjà été blessée par l'arme à feu d'un d'entre-eux. Était-ce parce que j'étais au bord de l'agonie en manque cruel de mana ? Je n'en sais rien mais, je ne m'y risquerais pas deux fois. En direction du soleil trainant mes bras sur le côté, le toit du bâtiment sur lequel j'étais en train de courir n'était plus qu'à quelques enjambées. Le soleil sur mes yeux me portaient à défaut, je ne voyais plus où j'allais, éblouie par cette lumière intense. La seule chose que je pouvais faire était de sentir de mes membres le béton qui avait servit à la construction du bâtiment. De cette façon je ne risquerais pas de tomber lorsque je sentirais une arête et puis même si je venais à tomber, je possède deux ailes. Elles ne font pas figuration, ce sont deux alliés de taille. Pourquoi je me casse le cul à courir déjà ? Il me suffit de quelques battements d'ailes pour atteindre le sommet. Suis-je idiote à délaisser mes atouts ? M'expulsant à l'aide de mes pieds de quelques mètres de la paroi bétonnière, je battu de l'aile me maintenant en place. Le vent était soufflé en de légère bourrasque, c'est d'ailleurs ce mouvement d'air qui me permettait de voler. Ma tête était couverte du soleil, je pouvais pleinement contemplée une vue magnifique. D'ailleurs, je vit rapidement lorsque j'arrivais enfin au sommet du bâtiment. Posant un pas devant l'autre sur ce dernier, j'avançais petit à petit remontant mes armes qui crissaient sur le bitume. D'un coup sec de mes bras vers l'avant, je ramenais mes chaînes loin devant moi avant de redonner un léger coup vers l'arrière afin d'attraper leur bout de mes mains. J'étais maintenant prête à repartir à la chasse et je ne serais plus gêner par mes armes. Alors que je fis moue d'avancer, je pouvais clairement entendre des hurlements, des cris de douleurs atroces. Les sirènes des voitures de police s'étaient stoppées. Je ne devais pas être la seule à me préoccuper des êtres humains, celui qui était en train de finir mon travail devait certainement m'espionner pour remarquer un détail si insignifiant. Un servant ? L'un des sept servant de la prochaine guerre peut-être. Je ne sais vraiment pas. Cela fait un bon bout de temps que je reste dans cette infâme. La guerre actuelle est déjà peut-être finie. Bref, je ne dois pas me préoccuper de ce qui se passe là en bas, la seule chose que je dois encore faire est de marcher droit devant moi me nourrissant sans cesse de mana. De cette façon je resterais en vie tout en accomplissant mon but depuis toujours.

Soudain, je pus apercevoir une ombre dûe au soleil se propagée derrière moi. La personne ou la chose qui était passée après mon passage dans la ruelle, avait fait vite pour ne me laisser aucune chance de fuite. Avant même que je put me retourner, il m'adressa la parole m'affirmant d'avoir finis mon boulot, boulot qui d'après lui j'aurais mal fait. De plus, dans ses dire il devenait arrogant insultant même ce que j'entamais dans mon chaos habituel. Est-ce qu'il y a une façon d'exterminer la race humaine ? Non, je ne pense pas. Je pourfend de toute part laissant à mon bon vouloir survivant ou non, voilà ma façon d'exterminer les humains. Ensuite, il commença à me parler des sept, qui d'après lui je ne fais pas partie. Il voulait certainement parlé des sept servant. Connaissant cette information concernant la guerre du Graal, il est sans aucun doute lui-même un servant ou alors bien un master. Il n'y a qu'une seule façon de le savoir, le faire combattre et découvrir son noble Phantasm. on, il y a encore une autre façon. Lui demander tout simplement en espérant qu'il y réponde, ce que je doute. Me retournant d'un pas lent afin de croiser son regard et le fixer dans le mien, je poignais fermement mes armes. Il possédait une allure de ce qu'il y a de plus humain, en aucun cas il ressemblait à un héros de l'époque contemporaine ou non. Seuls ses yeux reflétaient un certain charisme, un certain vécu, un certain tout. Son air était quant à lui des plus arrogant. Il était en sa personne, confiant en ses compétences pour m'interrompre ainsi en arborant un tel sourire. Maintenant que j'y pense. Même s'il est lui-même servant, héros de l'époque, il possède une allure de ce qu'il y a de plus humain. Ça ne peut être autrement, c'est un humain aussi trapu soit-il. D'une voix calme et rogue, je lui répondis enfin.

Asmodae : Silence ... Humain.

Bien qu'il soit héros, je lui rappelais ce qu'il était en le rabaissant au plus haut point. C'est ce que j'essayais d'ailleurs de faire en lui montrant bien sûr ma supériorité en race avant de reprendre une nouvelle fois la parole.

Asmodae : Si je ne fais pas partie des sept, en quoi est-ce que je pourrais t'intéresser ? As-tu peur que l'humanité au fil du temps et des massacres se rende compte du Graal ? Pfff, rentre chez ton maitre si tu n'es qu'ici que pour m'importuner, humain.

Je le pensais réellement. Si cet homme aussi humain soit-il n'avait rien à me reprocher de précis, je continuerais ma route comme si de rien n'était. Ce que je fis d'ailleurs en me retournant complètement. Si maintenant ma réponse ne lui plaisait pas et qu'il venait à m'attaquer, ce serait à ses risques et périls. Si maintenant ses idéaux seraient les-même que les miens, j'accepterais son aide pour exterminer l'humanité avec plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilgamesh
Archer
Archer
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 22/06/2010
Age : 30

Fiche
Mana:
30/30  (30/30)
Expérience:
0/200  (0/200)
MessageSujet: Re: Shin Sekai   Mer 14 Juil - 17:06



Quelle jubilation qu’est la destruction d’un être persuadé de son importance. Cette femme ne valait pas mieux qu’un insecte qui ne pouvait prétendre continuer à vivre sans mon consentement. Et le consentement que je lui apportais n’était qu'un pur caprice de ma part. Mais qu’elle ose me cataloguer telle une ordure, humain ordinaire sans destiné, cela je ne pu l’encaisser sans réagir. Je serai mes dents, un air carnassier prêt à fondre sur ma proie s’immisçait sur mon visage. Mes sourcils froncés soulignèrent l’importance des flammes qui léchaient mes prunelles, et sans cesse la dévisageant, je contractai mon poing gauche tandis que la verve incendiaire de la femme m’était desservie. ASSEZ ! Ainsi elle se croyait supérieur à moi simplement à cause de préjugé sur la race ? Oui son sang divin atteignait mes narines, sa puanteur d'être démoniaque me fut de suite décelable, à moi qui avait tant côtoyé les êtres divins lors de mon existence mortelle. Et n'étais-je moi même pas à deux tiers de sang divin coulant dans mes veines ? Quel sombre et pathétique croyance elle entretenait. Les êtres issus de la divinité étaient les champions pour se hisser là ou seul leurs rêves insensés pouvaient les mener. Les actions découlant de leur capacité ne pourrait jamais atteindre leurs rêves les plus fous car ce désir en tant que rêve, les confrontaient à des embuches insurmontables pour leur frêle volonté, jalousant les Hommes en secret car ces derniers étaient capable de créer une destinée propre. Ses paroles prouvaient une fois encore que les entités divines préféraient les paroles aux actes, se faisant mousser devant les autres de leur caste en leur promettant qu’ils accompliraient monts et merveilles. Des beaux parleurs, des rêveurs ! Ils n’étaient rien de plus. Pathétique engeances s’appropriant des mérites dont ils étaient indignes ! Et moi, en tant qu’être marqué par une grande destiné, j’avais toujours préférer agir au lieu de tenir de beaux discourt. Ma légende ne fut pas construite sur des mensonges ou des beaux discours. Ce que j’avais battit, je l’avais édifié à la force de mes mains. Comment une bête mythique sans nom pouvait elle défiait le titre du roi des héros ?! Quelle insolence !


-« Misérable insecte… »

Dis-je dans un souffle rauque.

-« Apprend a resté à la place qui est tienne. »

Continuai-je sur un ton audacieux et absolu. Levant mon menton pour la regarder de cette grandeur qui m’inspirait éternellement : là, loin au dessus de tous, mon regard n’était plus à présent que pur arrogance et impatience. Ma voix gagna en intensité, flirtant avec un timbre vibrant et presque théâtral, j’usais d’une verve qui communiqué tout mon dégout face à tant d’impudence tandis que je pointais promptement un doigt accusateur vers celle que je venais de condamner.

-« Servant de bas étage ! Toucher ainsi à la légende que j’ai forgée ?! Me rabaisser ?? Pour y arriver il te faudrait bien plus que des mots ! »

Et dans mon éternel instabilité portée par une volonté farouche de jamais faire comme quiconque, mon maintient vira subitement vers une expression sereine, seul un sourire narquois fut desservie à l’inconsciente alors que je croisai à présent les bras comme pour lui montrer par les gestes que nul défenses n’était nécessaire face à elle tant son impuissance face à moi était flagrante. Elle qui n'avait que de faibles réserves de mana à opposer à ma puissance nourrit par une nouvelle vie obtenus par le Graal et les bon soins de mon master toujours présent depuis 10 ans.

-« Je vais te montrer… »

Continuai-je en associant mon ton à ma nouvelle attitude qui se voulait sereine, tandis que mes paupières se refermèrent sur mes yeux ardents.

-« Je vais te montrer l’immensité du fossé qui nous sépare. Soit prête a assumé la responsabilité de ta folle prétention, héritière des dieux. »

Je marquai un court silence et lorsque mes paupières délivrèrent à nouveau l’éclat écarlate de mes prunelles, je prononçais ces mots tant redoutés :

-« Gates Of Babylone. »

Lentement, je pris bien la peine de bien prononcer mon incantation pour la marquer à jamais dans l’esprit de la jeune fille… Pour le temps qu’il lui restait à vivre. Un faisceau d’énergie rougeâtre émergea du sol, provoquant, par cette manifestation soudaine, des rafales de vents dignes des plus grandes tempête. Les éléments s’affolaient, semblant craindre ce qui doucement s'immisçait dans la matrice de cette réalité. Les arbres flanchèrent face à ce torrent desservi et malgré la toute puissance du vent furieux, je restais statique en son sein, tel un roc brisant les flots éternellement sur son passage. Ma chevelure dorée fut entrainée dans une danse effrénée en suivant ce souffle endiablé. La scène de ce spectacle impressionnant était plongé dans cette lueur rougeâtre, teintant de sang les deux êtres prit dans son étau : le maitre de cette puissante et sa victime, réunie en son sein. Soudainement, une implosion eu lieu à la base du faisceau et à partir de cette manifestation qui bouscula toute choses présentes dans un chaos encore plus profond, une étrange surface sans support s’agrandit pour rapidement s’étendre derrière moi et l’entièreté du toit de l'immeuble. Cette surface était éclairée des mêmes feux qui dévoraient mes prunelles, seule la composition en demeura différente, tel un lac gorgée d’eau en remous… Et enfin elle le vit ! La légende de mon règne se manifesta, accourant toutes à l’appelle de leur maitre… Émergeant d’une autre dimension, une centaine d’armes gagnèrent le monde réel et offrir leur légendaire beauté aux yeux des infidèles à mon ordres ! En suspension et à moitié immergé dans la porte de Babylone, chaque armes présentes semblaient tournées vers la démone, n’attendant que le signal de leur propriétaire pour la mettre en charpie. Des lances, des haches, des épées et des masses, tant de différence rassemblé mais néanmoins toutes se rejoignaient sur le plan de la superbe, chaque arme se classant au rang de Noble phanstasme. Nul ne pouvait ignorer que derrière chaque armes demeurait une légende fondée sur la puissance et le mythique. Elle connaissait ma nature d'humain… Cela l’avait-elle rassuré quant à ses chances de vaincre le roi des héros dont elle ignorait encore tout ? Elle ne connaissait rien de mes capacités et à présent qu’elle en avait un aperçu, il ne lui restait plus qu’à regretter amèrement ses paroles insensées. Rare sont ceux qui avaient pu contempler l’œuvre de ma légende, c’était un grand honneur que je lui faisais ! Un mouvement brusque de ma part s’ensuivit, mes deux bras tendu sur les coté voulurent englober la superficie immense de cette porte inviolable, présentant fièrement l’orgueil de l’ancienne Sumérie. Tel était la puissance du roi des héros : faire appele à tant d'arme légendaire sans faiblir une seconde. Si un œil attentif et connaisseur admiré ce spectacles de toute beauté mêlé à une puissance incontestable, il aurait pu y voir des armes tel que Durandal « l'épée de légende sans rival », Dainslef « l'épée maudite des Nibelungen », Gram, Balmung l'épée légendaire des Nibelungen nordiques, Gungnir « la lance d'Odin », Calibure et bien d’autre. Et de plus la présence de tout ces nobles phantasme rendait impossible l'identification de ma réel identité. Un servant par nature était lié à son unique noble phantasme et son identités était ainsi connu de ses ennemis car son histoire était liée à son arme mais comment reconnaitre un servant qui possédait tout les trésors de ce monde ?

-« Tu fais face à la plus grande puissance armée que le monde est connue. Penses-tu pouvoir égaler une telle force destructive, femme ? »

Déclarai-je enfin sur un ton qui avait défié jusqu’à l’absolue de la divinité même !


_________________



Si un héros supporte le poids des vies qu'il protège, moi je supporte le poids du monde sur mes épaules.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Shin Sekai   

Revenir en haut Aller en bas
 
Shin Sekai
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journaux de bord
» Sur les Traces de la Déesse Kannon...
» Ma prez' perso ♥
» Terre de Feu
» Anime help!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fate stay night - Illusion of hope :: Forêt-
Sauter vers: